Share Button

Karongi : inhumation décente de 8.660 corps de victimes du génocide contre les Tutsi

Le 13 juin 2021, sur le site mémorial du génocide de Mubuga nouvellement construit dans le district de Karongi, 8 660 corps de victimes du génocide contre les Tutsi ont été enterrés dignement. Les corps comprennent les corps nouvellement retrouvés dans différents secteurs du district de Karongi et d'autres déplacés de différentes tombes à travers le district.

L'événement a été honoré par différents hauts responsables dont le ministre de la justice et garde des sceaux Johnston Busingye, le Dr Jean-Damascène Bizimana, secrétaire exécutif de la Commission Nationale de Lutte contre le Génocide (CNLG), des députés, le gouverneur de la province de l'Ouest François Habitegeko, Maire de la Ville de Kigali, Pudence Rubingisa, Mgr Mwumvaneza Anaclet et Mgr Harolimana Vincent et les organes de sécurité entre autres.

Dans son discours, Johnston Busingye, ministre de la Justice et garde des sceaux a déclaré que le génocide contre les Tutsi à Karongi remonte à 1959, mais en 1992, il y a eu des massacres financés par l'État contre les Tutsi à Mubuga et le gouvernement a protégé les auteurs de ces massacres dirigés par le préfet Kayishema Clément.

Il a dit que ceux qui nient et banalisent le génocide contre les Tutsi sous prétexte de liberté d'expression ne seront pas tolérés.

Il a déclaré : « Aujourd'hui, vous voyez ou entendez des discussions où les gens soutiennent que les poursuivies pour avoir nié et banalisé le génocide contre les Tutsi expriment leurs droits à la liberté d'expression. Je veux vous assurer. Cela sera scruté, chaque mot, chaque dicton, chaque proverbe ; personne ne subira d'injustice, mais il n'y aura pas non plus de tolérance pour la négation et la banalisation du génocide contre les Tutsi ».

Il a ajouté qu'« il y a des gens qui ont échoué à vivre sans discrimination, idéologie du génocide ou lignes ethniques. Il y a des enfants et petits-enfants de ces gens qui se tiennent au courant des mauvaises pensées de leurs parents, vous en connaissez beaucoup. Je veux vous dire que leurs mauvaises intentions échoueront comme en 1994. La politique inclusive actuelle est soutenue par tous les Rwandais, ces gens devraient réfléchir à deux fois et dénoncer ces activités subversives et se joindre à nous pour reconstruire le pays ».

Back